Dans son roman L’étranger, Albert Camus présente des thèmes et des idées qui vont contre des idées et des thèmes de l’époque des Lumières. Dans ce livre, Camus présente la vie quotidienne d’un homme, Meursault. Sa vie est très différente par rapport à la vie que les philosophes des Lumières ont présenté à la société française moderne. Dans sa vie, Meursault existe mais il ne vit pas; Meursault n’est pas un participant actif dans sa propre vie. Il était un “étranger” qui voyait sa vie du point de vue d’une tierce personne. Un moment dans le roman qui montre cela est quand il est au balcon de son appartement et il boit du vin et regarde les gens qui marchent à la rue principal (Camus 35). Pendant ce temps Meursault se concentre seulement sur les détailles physics des gens comme leurs vêtements et pas sur leurs émotions. La seule partie de laquelle il décrit est le temps du jour. Il dit que «L’après midi était beau» (Camus 35). Dans son esprit, les aspects physiques des gens ont la même importance que les gens eux-mêmes.

Pour lui il n’y avait aucun intérêt à essayer de donner à sa vie une certaine significance parce qu’à la fin il mourrait et personne se souviendrait de lui.  Il n’a aucune raison d’avoir des explications sur tout ce qui arrive parce que pour lui la vie est absurde et des événements arrivent sans aucun avertissement. L’esprit de Meursault pendant tout le roman est vraiment constant et pas dynamique. Il y a des moments où il a des opportunités de changer son point de vue, mais il revient toujours à ce qu’il connaît.

C’est vrai que l’esprit de Meursault dans L’étranger est tellement un style que personne avait jamais vue pendant cet époque. Quand on pense de la littérature française ce qui vient à l’esprit est la littérature classique des Lumières. Les œuvres qui sont les plus bien connus de cette époque sont ceux des philosophes comme Voltaire et Rousseau. Par exemple, Jean Jacques Rousseau avait parlé beaucoup de comment une personne est né avec la bonté naturelle mais c’est corrompu avec le mal de la société (Jean-Jacques Rousseau). Pour Voltaire, il avait dit que même s’il y a un Dieu qui existe, il n’intervient pas dans le monde ni en la vie d’une personne. Dans les siècles qui ont suivi, ces idées ont influencé la société et son développement parce que des philosophes voulaient que les gens imites ces idées. Toute cela a changé avec l’arrivée de deux événements qui ont changé pas seulement la société mais la manière dans laquelle on pense de la vie.

Dans L’étranger, Meursault l’esprit de Meursault est totalement différent d’auquel de Rousseau. On peut voir que Meursault ne montre rien de cette bonté naturelle que chaque personne est née avec. Puisque il ne montre pas cela, il n’est pas corrompu par la société comme Rousseau avait déclaré. Si quelque chose, Meursault est complètement le contraire. Pendant le roman, Meursault avec ses actions nous montre qu’il n’a aucune intérêt d’être partie ni de sa société ni du monde qui lui entoure. Meursault reflète les sentiments et pensées de son créateur, Camus. Camus quand il a écrit L’étranger voulait parler de l’isolation de l’homme dans un monde étranger (Hammer). Un isolement causé par une société qui ne tolère pas ce qui est différent et surtout une société qui est basée sure la rationalité, des idées des Lumières (Mendonça).

En vivant en Algérie, Camus savait bien comme la France avait amené des hommes jeunes Algériens à la France pour être partie de l’armée Française pendant les deux guerres mondiales. Sans avoir aucune d’expérience, ces hommes ont été tué ou sont morts parce qu’ils n’avait rien d’expérience. Le carnage pendant ces époque était sans précédent. Mils et mils des Algériens sont morts sans aucune raison. Ils sont devenus partie d’une société qui voulait justifier des guerres avec la vie (Magnier). Si mils et mils des Algériens sont morts alors pourquoi est-ce que la vie de l’Arab que Meursault tue dans le roman serait différent.

Un des moments où Meursault avait l’opportunité de changer son point de vue de la vie et sa importance était au début du Roman, quand il était à l’enterrement de sa mère. Dans ce moment Meursault pouvait réfléchir à l’importance d’être avec ceux qu’on aime parce que dans un instant tout peut finir et on peut avoir des regrettes dans l’avenir. Par exemple, Meursault n’a jamais dit «Au revoir» à sa mère. Dans ce moment il pouvait montrer cette bonté naturelle qui chaque personne doit d’avoir. Cependant, ça n’était pas le cas. Au lieu d’en pensant en cela et comment il pouvait améliorer son connexion avec les personne qu’il aime il se concentre dans le soleil et comment il a fait son marche très dure. Il avait dit comment «il sentait le sang qui lui battait aux temps» (Camus 29). Pour lui, le soleil est plus important parce que cette grande force actuellement fait qu’il sent des émotions et elles sont des émotions qui font qu’il déteste le monde encore plus. Dans l’enterrement de sa mère, Meursault n’a pas pris l’opportunité d’être une meilleure personne ou de changer son esprit.

Aussi, Meursault ne suit pas les idées que Voltaire avait de l’importance de la religion dans la vie d’une citoyen. Voltaire croyait que le Dieu qui existe n’influence pas les décisions qu’une personne fait chaque jour (Voltaire (Franois-Marie Arouet). Néanmoins, Meursault a pensé le complète contraire. Pour lui, la religion n’était pas utile parce qu’il n’avait pas besoin de Dieu. La religion est une autre excuse que des gens utilisent pour avoir des explications pour un monde et une société qui ne sont pas rationnelles. Par exemple, Voltaire a dit que Dieu ne joue pas un rôle dans la vie d’une personne mais on peut voir que dans L’étranger c’est une histoire différent. Nous pouvons voir que dans le procès de Meursault, le jury utilise la religion pour punir un homme. Puisque Meursault n’a suivi pas les règles typiques du christianisme et lamenter la mort de sa mère. Le jury a pensé que le crime de n’être pas un bon chrétien était plus grave que l’assassinat d’un homme. Pour cette raison, Camus avait écrit sur l’isolation d’un homme dans un monde étranger, parce que c’était Meursault contre une société qui ne savait même pas ce qui était tellement important, la tradition ou avoir des morales.

Une autre opportunité où Meursault pourrait avoir changer son esprit était quand il était en prison. Dans cet instant il pourrait pour un instant croire en Dieu parce que après tout, c’était parce qu’il ne croyait dans la religion, la raison pour laquelle it était dans cette situation. S’il aurait accepté le seigneur dans son cœur, il aurait la salvation éternelle (Hammer). Cet moment est le plus près où Meursault est venu a changer son esprit. Il a cherché pour une force plus grand que lui pour avoir un espoir d’être sauvé. Bien que dans cette instance est quand Meursault est sauvé à cause de qu’il se souvient que l’existence de l’humanité n’a rien d’importance (Hammer). Il dit «Et moi aussi, je me suis senti prêt à tout revivre. Comme si cette grande colère m’avait purgé du mal, vidé d’espoir, devant cette nuit chargée de signes et d’étoiles, je m’ouvrais pour la première fois à la tendre indifférence du monde. De l’éprouver si pareil à moi, si fraternel enfin, j’ai senti que j’avais été heureux, et je l’était encore» (Camus 184). Maintenant, Meursault nous montre un moment où il sait bien qu’il est un vrai «étranger» mais à la même fois il ne doit pas s’en tenir à même règles et de sa société parce que les personnes qui le jugent sont les mêmes personnes qui doivent avoir un but dans leurs vies et doivent s’en tenir à les normes de la société. À cause de cela, Meursault est un «étranger» qui peut être libre sans aucun souci.

Aussi, Meursault est un personnage qui ne montre rien d’empathie pendant tout le roman. De l’enterrement de sa mère à son procès à son moment finals en prison. Il ne pense jamais en les personnes qui sont affectées par ses actions. Par exemple, il ne pense pas dans la famille de l’homme qu’il a tué. Il ne se demande pas comment est-ce que sa sœur doit se sentir à cause de la mort de son frère. Cependant, il y a une simple explication pour cela. Avoir l’empathie pour les autres est un effect qui est créé par une société qui a des règles et des normes pour tout. Une personne ne veut pa être jugée par la société parce qu’elle ne montre pas des émotions pour quelque chose mal que l’arrivée à une autre personne. Il faut qu’il y ait des réponses et des connexions entres les gens. Meursault d’autre part représente les sentiments que Camus avait senti après les guerres mondiales. Deux époques qui montre comment il n’y a rien d’empathie dans une société qui est basée sur la rationalité.

En somme, Meursault dans L’étranger représente et reflète l’isolation, l’aliénation, et désillusion l’individu d’après guerres, ces thèmes étaient des idées qui sont allées contre les idées des Lumières des philosophes comme Rousseau et Voltaire. Camus le créateur de Meursault était un de chefs de l’existentialisme qui a été créé à cause des deux guerres mondiales. Meursault nous montre comment la vie est absurde et des événements arrivent sans aucune raison et plus important, la vie d’une personne n’a rien de valeur et rien d’importance parce que après tout on a va mourir et personne se souviendra de nous et ce qui nous avons fait. L’idée que nous devons avoir un but pour nos vies est preuve que le monde est absurd.