L’introduction

Aujourd’hui en France, le sujet d’immigration est quelque chose dont on entend beaucoup d’opinions controversé. Il est dans les nouvelles, les médias sociaux et la culture populaire. Cependant, l’immigration n’a pas toujours reçu la même réaction de la société, même aujourd’hui des gens pensent à l’immigration avec des attitudes différentes. Cela est à cause du fait que les institutions provoquent les gens à se sentir les degrés différents d’empathie pour les immigrants. Souvent, le message des institutions évolue pour s’adapter aux moments différents de l’histoire. Dans cet article, je vais examiner le lien entre l’empathie et l’immigration dans trois types d’institutions; politique, sociale et culturelle. Je vais vous donner un peu de contexte d’immigration en France aussi. Pour résumer, je fais la conclusion que depuis le Deuxième Guerre Mondiale, la France a eu un rapport très complexe et tendu à l’immigration, par ailleurs, les immigrants ont toujours mis le stress sur  français ; malgré cela, l’empathie  est toujours nécessaire et motive le soutien continu pour l’immigration en France.

Le Contexte d’immigration depuis 1918 et l’institution politique

L’immigration en France a commencé juste après la Première Guerre mondiale et augmente de façon signifiante après la Deuxième Guerre Mondiale. Pendant cette période, la plupart des hommes qui d’un âge actifs étaient morts ou handicapés, alors la France avait besoin de travailleurs pour entretenir les industries et l’économie.  Elle a recruté les  étrangers, la plupart  sont venues de Belgique et Allemand et puis de Pologne, de Russie, d’Italie et d’Espagne (Kimberly Hamilton, Simon et Veniard). Pour faire ça, le gouvernement a encouragé l’empathie; elle a souligné comment tout le monde étaient des survivants et des travailleurs optimistes. Cette vague d’immigration a commencé une période s’appelle “Les Trentes Glorieuses”, trente années entre 1945 et 1975 où l’économie s’est développée beaucoup. Pendant ces années le salaire de chaque employé a augmenté de 170 %  et la consommation a augmenté de 174 %. De plus, la France avait le plus haut niveau de vie dans le monde (Hamilton, Simon et Veniard). Alors, l’immigration était vue initialement avec l’empathie et comme quelque chose très très positive.

Cependant, un choc dans le prix du pétrole en 1974 a provoqué la stagnation économique, l’inflation et le chômage. En même temps, plusieurs pays coloniaux venaient de gagner leur indépendance ce qui a provoqué l’immigration à augmenter. Notamment, 800,000 Algériens qui avaient lutté pour la France, ont déménagé à la mère patrie entre 1962 et 1982 ( Hamilton, Simon et Veniard). Cette deuxième vague d’immigration a invoqué la question de moralité. Soudainement, les immigrants n’étaient pas des stimulants économiques, mais des gens qui n’avaient pas la même culture, attitudes, ou croyances, des gens d’Europe de l’Ouest. Les échanges du gouvernement a concentré sur les éléments comme la religion et la langue, qu’a souligné la différence entre les gens français et les nouveaux immigrants. Alors, le lien entre l’empathie et l’immigration a changé dramatiquement. Malheureusement, les Français n’utilisaient plus l’empathie, mais créaient des stéréotypes que les personnes africains étaient agressifs, paresseux et de mauvais caractères (Delmas). 

Par conséquent,  après que le parti conservateur a gagné le contrôle du parlement en 1986, le gouvernement de France a mis quelques restrictions sur l’immigration en France (Delmas). Notamment, ils arrêtaient les diplômés étrangers de travailler en France, ils augmentent la période qu’on doit attendre la réunification familiale, refusaient de donner permis de séjour aux époux étranger et ils donnaient à la police le pouvoir d’expulser des migrants. Alors, le nombre d’immigrants a chuté au plus bas niveau depuis la Deuxième Guerre Mondiale (Cluver). Cette tendance a continué jusqu’aux années 1999 quand le parti socialiste a pris le pouvoir. Ils ont réduit les restrictions pour les immigrants. En même temps,  ils ont augmenté des avantages sociaux et des services de santé, alors il semble qu’un sentiment général d’empathie a provoqué les nouvelle politiques publiques d’immigration. C’est possible que cela soit inspiré par la chute du mur de Berlin et les guerres d’Europe de l’Est. Depuis 2000, il y a une troisième vague d’immigrants; la plupart sont des demandeurs d’asiles de l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient. Ils ont besoin de  plus d’empathie que jamais, parce que leurs contributions à la société est moins évidente, donc l’empathie est nécessaire pour le soutien continu d’immigration.

Malgré la moralité ou l’empathie, le nombre d’immigrants met du stress sur tous les aspects de la vie en France, qui reçoit la quatrième plus grande afflux d’immigrants en Europe. Pour comprendre la grande ampleur  de la situation, le graphique ci-dessous fait une comparaison entre le nombre des gens qui habitent dans les plus grandes villes en France et le nombre d’immigrants qui viennent des pays qui envoient la plupart de migrants en France. On pourra voir que le nombre d’immigrants est 63 % aussi grand que le nombre d’habitants (CIA). Indépendant de ces attitudes, il est évident, à cause du grand nombre d’immigrants, pourquoi le sujet est populaire et controversé maintenant.

L’empathie, L’immigration et Les Institutions Sociaux

Comme les institutions politiques, les institutions sociales manipulent aussi l’empathie vers les immigrants. Bien qu’il y ait beaucoup de facteurs qui influencent l’empathie, les attitudes de la société et les politiques publiques, la religion et les médias sont les institutions très fortes en France et exogènes à la politique ou l’économie, alors il est le plus bénéfique à les discuter.

La manière de se référer aux immigrants la plus populaire en France aujourd’hui est par la religion parce que beaucoup d’immigrants récent qui sont Islamiques. Il est intéressant que cette manière est si robuste parce qu’il y a la laïcité en France, alors la religion n’est pas un sujet public que les gens discutent fréquemment. Cependant, l’invisibilité de la religion est peut-être la raison pour laquelle les immigrants Islamiques sont discutées d’une manière controversé aujourd’hui; les gens islamiques portent des symboles visibles de leurs religions, alors il est  difficile à ignorer et probablement très frappant pour les gens français qui ont vécu dans une société que depuis 1872.

Cependant, le lien entre la religion, l’empathie et l’immigration n’a pas toujours été le même. Il y a quelque évidence que pendant le 20ème siècle, l’église catholique a essayé d’évoquer “l’empathie chrétienne” pour encourager les membres à aider les immigrants italiens et polonais jusqu’à ce que les  rivalités aient éclaté entre les sectes religieuses (Green). Après ça, la religion était utilisée comme une raison pour rejeter les immigrants. Alors, il est évident que l’empathie ne soit pas endogène à la religion, mais que la religion peut manipuler nos capacités pour l’empathie. Maintenant, les différences visibles dissuadent l’empathie, mais au passé, l’église a quelquefois encouragé et quelquefois dissuadé l’empathie pour les immigrants. Alors, peut-être la religion peut changer les attitudes de la société pour le meilleur encore.

L’autre institution très importante en France est les médias. Malheureusement, la représentation d’immigrants dans les médias en France aujourd’hui  inhibent souvent l’empathie. C’est à cause du fait que les médias rapportent un surplus d’événements du terrorisme ou du fondamentalisme, particulièrement s’il y a une relation à l’Afrique du Nord ou le Moyen-Orient. En revanche, ils ne rapportent pas d’exemples positifs d’intégration en France. Selon  Jean-Pierre Tailleur, un journaliste pour Le Monde, c’est à cause du fait que les medias veulent dramatiser les événements et ils n’essaient pas de comprendre ou faire connaissance des immigrants (Mullen). Jusqu’à ce qu’il y ait des changements dans les médias, les personnes seront encouragés à penser aux immigrants comme différents et extrêmes. Cela inhibe la capacité de la société pour l’empathie pour les immigrants.

Mais pourquoi est-ce que c’est important de discuter le degré d’empathie que les institutions encouragent pour les immigrants dans la société? Il est évident que l’empathie peut créer le soutien pour l’immigration au niveau individuel, cependant, l’effet est plus grand quand tous les individuels sont agrégés. Selon de Newman et Hartman, qui étudient l’immigration et les politiques publiques aux États-Unis et l’Europe de l’Ouest, les politiques publiques réfléchissent vraiment les attitudes de gens, alors, avoir une compréhension de comment la société crée une opinion collective est vraiment important pour l’immigration. Comme on s’avère, les politiques publiques de  l’immigration sont influencés par les attitudes de la  société qui dépendent de la capacité de la société d’avoir l’empathie. Pour expliquer, Newman et Hartman ont fait une étude qui s’appelleEasing the Heavy Hand: Humanitarian Concern, Empathy, and Opinion on Immigration”, où ils ont demandé beaucoup de citoyens quelques questions qui indiquent l’empathie en général et quelques questions sur leurs préférences pour les politiques publiques et les immigrants. Ils ont trouvé qu’où il y avait les gens avec l’empathie forts, il y avait les politiques publiques d’immigration positifs aussi.

Le Bureau National Des Allogènes

En revanche de quelques institutions sociaux, les institutions culturelles illustrent souvent l’importance d’empathie. Plusieurs auteurs francophones explorent l’empathie pour donner une perspective personnelle. Un auteur en particulier, Stanislas Cotton, capture des sentiments extrêmes en explorant le lien entre un travailleur, son travail, l’empathie et les immigrants dans sa pièce du théâtre qui s’appelle Le Bureau National Des Allogènes. La pièce, qui a un cadre francophone et de l’Ouest, peut-être  La Belgique ou la France, est probablement une réaction contre la vague conservatrice en France qui a réduit l’immigration. L’histoire commence avec le suicide du personnage principal Rigodon et le reste de la pièce est un retour en arrière, qui décrit les événements qui provoquent sa mort, raconté de deux perspectives ; le travailleur Rigodon et un immigrant Barthélémy. Ils ont raconté que Rigodon doit décider si un immigrant et sa famille peuvent rester dans le pays de l’Ouest, mais le système bureaucratique est trop stricte, alors bien que chaque immigrant ait une bonne raison  pour rester, Rigodon doit dire à chacun de partir. Le lecteur découvre qu’il est le manque d’empathie que Rigodon est obligé à montrer dans son travail qui le provoque à se tuer.

Alors, Cotton est très efficace en soulignant le manque d’empathie durant la pièce. Il illustre que l’empathie motive le soutien continu pour l’immigration en montrant le contraire, que le manque d’empathie motive le découragement d’immigration. Il y a plusieurs exemples; premièrement, Rigodon a un livre qu’il doit consulter quand il veut apprendre à propos de la situation dans un pays envoie de développement. Le livre n’a pas la bonne information sur les états, les guerres, les épreuves etc., du pays en développement, mais Rigodon ne peut pas changer ça, alors il doit renvoyer à tout prix, un immigrant à son pays natal.

Un autre exemple est que Rigodon dit souvent qu’il ne veut pas l’immigrant partager ni l’histoire, ni les émotions de leurs voyage mais seulement les faits; à cause des règles du bureau national des allogènes. Comme Barthélémy se rappelle,  “Tu m’arrêtes maintenant / Tu n’en veux plus / Au fait Au fait Tu dis / Tu t’agites Les bras au ciel / Tu veux tout de suite connaître le bout de la route / Tu soupires / Au fait Au fait.  Est-ce si différent chez toi que l’on contre les histoires a l’inverse? (Cotton, 37).” Rigodon ne peut pas avoir  l’empathie parce qu’il ne doit pas de comprendre des sentiments ou épreuves des immigrants; par conséquent, il rejette Barthélemy. Par ailleurs, après ses rendez-vous, Rigodon se sent toujours  horrible, son introspection montre aussi le manque d’espace pour l’empathie. Il se dit “Où est l’humain en moi, Dégoûtation et saleté, L’aime est tachée (Cotton, 29).” En se demandant où est son humanité, Rigodon admet qu’il manque la capacité de s’entendre avec les autres humains par des points communs universels comme étant humain. C’est ses sentiments qui provoquent sa mort.

Pour résumer, Cotton utilise ces événements pour illustrer deux choses. La première et la plus évidente est que l’empathie est nécessaire pour le soutien d’immigration et que sans empathie, l’immigration n’a pas de succès. La deuxième est plus intéressante parce que Cotton dépasse l’utilisation attendue de l’empathie. Normalement, l’empathie dans le contexte d’immigration est perçue comme quelque chose qui est une faveur pour l’immigrant. Cependant, dans cette pièce, l’empathie est aussi nécessaire pour le personnage de l’ouest que pour l’immigrant. En fait, Barthélemy a l’empathie pour Rigodon ; il comprend ses difficultés et ensuite se demande “si je ne t’ai pas poussé je ne t’ai pas poussé (Cotton, 32)” à cause de leur interaction difficile. Cette évocation d’empathie est peut-être la raison pour laquelle Barthelemy reste vivant à la fin de la pièce bien qu’il ait la douleur émotionnelle de retournant à son pays natal. Alors, bien que le Bureau National Des Allogènes est seulement un de beaucoup d’oeuvres francophones qui discutent de l’immigration, l’empathie, ou les deux, il résume parfaitement deux choses ; Comment les institutions culturelles représentent le lien entre l’empathie et l’immigration,  et pourquoi l’empathie est nécessaire pour un lien réciproque entre les migrants et les citoyens. Il est c’est lien réciproque qui encourage la soutien pour l’immigration.

La  Conclusion

Pour résumer, plusieurs institutions en France peut changer les capacités de citoyens à se sentir l’empathie. Par conséquent, la soutien pour l’immigration en France aussi change souvent. Cette observation est importante maintenant en particulier, parce que parce que les immigrants mettent le stress sur la France. À traverse périodes différents au passé, l’église et le gouvernement ont encouragé et décourage l’empathie et l’immigration. Aujourd’hui, c’est les institutions sociales, qui incluent les médias et la religion, qui inhibent l’empathie et découragent l’immigration, pendant que les institutions culturelles, comme la littérature francophone, encouragent l’empathie. En fait, Stanislas illustre pourquoi l’empathie est en effet nécessaire dans la société, particulièrement pour les immigrants. Donc, c’est vrai que l’empathie motive toujours le soutien continu pour l’immigration en France, la question maintenant est comment augmenter l’empathie dans la société afin de soutenir les immigrants.